04 42 92 83 24

RETOUR D’EXPÉRIENCE…   10 ANS APRÈS !

Génie végétal : confortement de berge

La Bambouseraie – Anduze (30)

Responsable projet : Amé Chevassus / Chef de Chantier : Laurent Teinielle
Taille de l’ouvrage : longueur – 200 mètres / Hauteur : 6 mètres / Volume : 900 m3
Réalisation : février 2006 / Durée du chantier : 45 jours

Contexte et objectifs des travaux :

Voici la photo de la berge d’une rivière, prise il y a quelques semaines. Cette rivière, c’est le Gardon d’Anduze, et cette berge, celle de sa rive gauche, un peu au nord de la ville, en limite de la Bambouseraie de Prafrance.

La berge semble naturelle, mais elle ne l’est pas. Elle est le fruit d’un important chantier de génie végétal réalisé par LA COMPAGNIE DES FORESTIERS, à la demande du propriétaire de la Bambouseraie, afin de reconstruire une berge entamée par les attaques répétées d’un cours d’eau au régime pluvial cévenol très marqué.

Confortement de berge en génie végétal, 10 ans après

Solutions et techniques employées :

Au démarrage des travaux, en ce début d’année 2006, il faut d’abord installer dans le fond de lit un ouvrage de pied de berge en matelas RENO surmonté de gabions.

Installation de matelas Reno en fond de lit

Terrassement et gestion des eaux :

Sous le contrôle de la police de l’eau, le chantier est isolé par un batardeau parallèle à la berge, et les eaux sont pompées et rejetées dans un bassin de décantation aval, de manière à réduire le plus possible les nuisances à la faune et à la flore aquatique, du fait de la turbidité. L’eau arrive de toutes parts, y compris de la berge elle-même, et 2 puissantes pompes sont nécessaires.

Réalisation du batardeau
Terrassement pour la réalisation d'un batardeau
Pompage des eaux vers un bassin de décantation aval
Remplissage des matelas RENO

Assises :
Matelas Reno et cages gabions

Sur une longueur de 200 ml, les matelas RENO et 3 rangs de gabion en treillis double torsion, dont un rang immergé, sont installés.

Construction du troisième rangs de gabion - treillis double torsion
Trois rangs de gabions appareillés
Stock de longrines pour la construction des caissons végétalisés
Mise en place des longrines pour la construction des caissons

Caissons végétalisés :

3 niveaux de caissons végétalisés à double paroi sont alors mis en place sur cet ouvrage. Constitués de rangées parallèles de rondins de bois résineux (longrines) sur lesquels sont fixés des rondins perpendiculaires (les moises), les caissons sont ensuite remplis de matériaux terreux et végétalisés par des lits de branches de saules (plançons) et des arbustes placés entre les longrines, à travers des boudins de géotextile biodégradable en coco.

3 niveaux de caissons végétalisés à double paroi sont alors mis en place.
Pose sur 200 mètres du géotextile coco composés de fibres naturelles tressées
Plantations d’arbres et arbustes
Ensemencement hydraulique ou hydro ensemencement

Géotextile et hydro-ensemencement :

A l’arrière de l’ouvrage, des apports de matériaux terreux sont réalisés. Un géotextile coco est déroulé sur le haut de berge ainsi reconstitué, pour assurer une protection mécanique de l’ouvrage en cas de crue. Un ensemencement hydraulique est mis en œuvre, complété par des plantations d’arbres et arbustes.

Commencés en février, les travaux se terminent à la mi-avril. Dès la réception de l’ouvrage, les services de la Bambouseraie, très investis, en assurent l’arrosage et l’entretien.

Aujourd’hui, 10 ans après, il semble que cette berge ait toujours été là. Les caissons végétalisés ont rempli leur mission de support au développement de la végétation rivulaire. Le géotextile coco s’est dissous, nourrissant les herbacées et arbustes.

Nous sommes fiers de ce travail et formons l’espoir de sa pérennité, même si nous savons que, face aux caprices de la nature, il ne faut jamais préjuger de rien !

Le Gardon d'Anduze, 10 ans après la reconstruction de la berge

Contact

Vous avez un projet de restauration ou d’aménagement, une étude en cours,
des travaux à réaliser,
vous recherchez des informations
sur le génie végétal, écologique ou minéral ?